Informations Sinistrés

Vous êtes ici

Trois protocoles de lutte contre l’habitat indigne

La Ville de Marseille est engagée depuis 2002 aux côtés de l’État pour lutter contre l’habitat indigne. Trois protocoles ont ainsi été signés.

 

  • 2002, un premier protocole avec l’Etat

L’éradication de l’habitat indigne est une préoccupation forte de la Ville de Marseille qui s’est engagée, dès 2002, avec l’Etat en signant un premier protocole.
Celui-ci a permis de mettre en place un parc de logement relais, géré par le Centre Communal d’Action Sociale. Cette capacité de logement temporaire des ménages permet à la Ville et à l’Etat de prendre les arrêtés nécessaires pour traiter les immeubles qui présentent des dangers pour leurs occupants.
La mise en oeuvre de ce protocole a permis d’engager, en 2006, l’opération de résorption de l’habitat insalubre de Saint-Mauront Gaillard qui a porté sur 37 immeubles occupés par une soixantaine de ménages.
À titre d’exemple, deux résidences de 28 et 38 logements sociaux ont été livrées en 2010 et 2015 dans ce quartier, en lieu et place d’anciens immeubles insalubres.
Les derniers immeubles sont en cours d’acquisition et seront démolis en 2019 après relogement des 8 derniers ménages. Ils laisseront place à une opération neuve d’une trentaine de logements supplémentaires.
 

  • Un deuxième protocole signé en 2008

En 2008, une opération d’amélioration de l’habitat dégradé a été signée, permettant de mobiliser des financement (35 M€) de l’Agence nationale d’amélioration de l’habitat (Anah), de la Ville, de la Région et du Département pour accompagner les propriétaires d’immeubles dégradés dans la réhabilitation de leur logement.

À son issue, et grâce aux dispositifs mobilisés par la ville dans ce protocole :
 362 immeubles ont été diagnostiqués
 208 immeubles ont fait l’objet de travaux
 479 ménages ont été accompagnés, 265 relogés temporairement ou définitivement

 

  • Un troisième protocole fin 2017

Dans le cadre du troisième protocole, signé en décembre 2017, la Ville a mis en place deux concessions d’éradication de l’habitat indigne qui couvrent tout le territoire communal pour permettre l’acquisition et la restructuration des immeubles les plus dégradés. À l’issue de ces opérations fin 2019, 110 immeubles auront fait l’objet de travaux – déjà réalisés pour 87 d’entre eux, en cours pour 14 et à venir pour 9 autres.

La participation de la Ville de Marseille à ces opérations d’aménagement, puis de la Métropole à compter de 2016, est de 22 M€.

Pour chaque logement acquis dans un immeuble dégradé en vue de sa réhabilitation complète ou de sa démolition, 50 000€ de fonds publics sont nécessaires.