Informations Sinistrés

Vous êtes ici

Le contexte

Les caractéristiques du parc de logements à Marseille et les revenus modestes d’une partie non négligeable de ses occupants, propriétaires ou locataires, concourent à la présence, sur une partie du territoire marseillais, d’un parc privé potentiellement indigne. Celui-ci est supérieur à 40 000 logements.

 

  • Le parc de logements à Marseille

➤ 394 448 résidences principales dont 81 377 logements sociaux (au 1er janvier 2017)
➤ 62,7% en copropriétés
➤ 360 copropriétés de plus de 100 logements
➤ 74% construites avant 1975 dont 36% avant 1948

 

  • Le statut d'occupation

➤ 44% propriétaires occupants
➤ 36% locataires du parc privé
➤ 17% locataires du parc social public
➤ 45% des résidences principales sont occupés par un ménage présent depuis moins de 5 ans

 

  • Des ménages très modestes

➤ 16 456 € revenu médian par unité de consommation, voisin de celui de Lille
➤ 58% des ménages non imposés en 2015
➤ 25% des ménages au-dessous du seuil de pauvreté
➤ un tiers des propriétaires occupants éligibles aux aides de l’Agence nationale de l’habitat, 8% au-dessous du seuil de pauvreté dont 37% ont plus de 50 ans.

 

Les analyses produites dans le document « Marseille, le nécessaire renouvellement », présentant la stratégie de développement de la collectivité et fourni en 2005 à l’Agence nationale de rénovation urbaine (Anru), à l’appui du programme de renouvellement sollicité, prenaient déjà en compte ces constats et proposaient des interventions en rénovation urbaine sur le centre-ville et le quartier de Saint-Mauront Bellevue. Ces propositions, retenues par l’Anru, ont été concentrées sur une intervention de « coeur de projet » sur le centre-ville (Zone urbaine sensible de plus de 50 000 habitants).